Associatif

Quelles différences entre bénévole et volontaire ?

Bénévole et volontaire sont des ressources humaines importante pour des organismes sociaux ou à but non lucratif. Ils permettent la mise en œuvre d’actions et se mettent au service de la collectivité d’une manière désintéressé. Cependant, les différences entre ces deux types de don de soi méritent des éclaircissements pour mieux s’organiser avant d’intégrer une structure d’accueil. Type d’engagement, durée, attribution et rémunération, voyons ensemble ce qui diffèrent le bénévolat du volontariat, ainsi que leur importances en milieu associatif.
Qu’est-ce un bénévole ?
On décrit généralement une personne comme étant bénévole, celle qui s’engage librement pour mener une action, en dehors de son temps professionnel et familial et sans rémunération, pour autrui. Un bénévole met à disposition d’une association ou d’un organisme son temps libre pour l’assister gratuitement dans l’accomplissement d’une activité caritative ou sociale en vers une collectivité.

Le bénévolat est accessible à tous types d’individus, sans condition d’âge ou financier, ni de diplômes, ni de niveau de qualification. C’est un engagement moral, envers une structure suivant la cause que l’on veut soutenir. Dans le domaine social, un bénévole est un individu qui fait don de son temps libre, motivé par un esprit de partage, de fraternité, de charité, de proximité, et d’entre-aide.
Volontaire : quelles différences avec le bénévolat ?
Quelques points essentiels peuvent différencier un volontariat d’un bénévolat…

Le volontariat suppose un engagement formalisé pour une durée définie. C’est un engagement à plein temps et soumis à différents encadrements et structures de l’organisme dans le cadre d’une mission précise. En contrepartie, le volontaire perçoit mensuellement un per-diem, une indemnité de subsistance qui n’est pas soumise à l’impôt ni aux cotisations de sécurité sociale. Il peut aussi bénéficier de quelques avantages en nature, dont le logement et l’alimentation, ainsi que de diverses assurances et une couverture sociale.

Le bénévolat, en revanche, c’est un engagement libre et sans contrat. En dehors des règlements de l’organisme qui est souvent une association, aucune condition n’est imposée et aucune sanction ne peut être attribuée. Le bénévolat n’est pas une activité à temps plein, il peut être ponctuel et régulier selon la disponibilité et la volonté de participation. Et un bénévole n’est pas rémunéré ou payé, et n’ouvre pas droit à une couverture sociale. Toutefois, certaines organismes et associations proposent de rembourser certains frais, et les fonds personnels utilisés qui n’y ont pas droit peuvent parfois ouvrir à une réduction d’impôts.
Bénévole et volontaire : des acteurs incontournables du milieu associatif
Pour les associations, bénévoles et volontaires sont des acteurs indispensables pour la mise en œuvre de missions et d’actions à buts sociaux. Ce sont des mains d’œuvres, des conseils et surtout des supports incontournables pour la réalisation d’aides et d’accompagnements pour les personnes en difficultés. Leur charité et leur volonté de s’engager auprès des personnes sont des points essentiels pour tisser des liens de fraternité avec les personnes qu’ils accompagnent. Ils peuvent notamment soutenir les associations à apporter une aide alimentaire et matérielle,  à lutter contre l’isolement et l’exclusion de plusieurs types de personnes, et à favoriser l’insertion sociale ou professionnelle.

 

Continue reading
Sessad austime
Associatif

Les missions d’un sessad sur l’autisme

Un sessad ou Service d’éducation spéciale et de soins à domicile s’attribue un vaste domaine d’intervention auprès des enfants et ados autistes. On retrouve donc des équipes sessad composées d’une liste complète de disciplines, allant du corps médical et thérapeutique aux métiers de l’éducation spécialisée…
Vaste rôle social du sessad
Un sessad intervient avant tout à la demande des parents, par une procédure simple à travers laquelle l’organisme apporte déjà son aide. Ceux-ci obtiennent de l’organisme conseils et accompagnements divers, pour les aider à reconnaitre et comprendre les troubles de leur enfant, puis à s’y adapter ou à améliorer leur faculté d’adaptation. Le sessad se trouve ainsi au cœur de la vie sociale de l’enfant autiste, en l’aidant avec les parents à se trouver sa place parmi les autres gens.

Ce rôle socialisateur consiste à faire de l’autiste un citoyen à part entière, communicant et conscient de sa place au sein de la société, et auquel on donne sa chance de participer activement. Autrement dit, le sessad aide aussi les personnes autistes dans son intégration au niveau scolaire, puis dans le monde professionnel entre autres.  
Rôle éducationnel du sessad
La prise en charge scolaire et éducationnelle est la première mission que l’on reconnait globalement à un sessad. En fait, il intervient dans tous les milieux où l’enfant ou l’ado interagit : du domicile parental à l’école, en passant par d’autres établissements (crèches, clubs de sport…). En particulier, cet organisme met en place un cadre de coopération avec l’école et le corps enseignant. 

En parallèle avec le programme scolaire et le système éducatif du milieu, ce service apporte une méthodologie adaptée pour l’enfant autiste, de manière à rendre son éducation fluide et propre à faciliter son intégration. Il va aussi organiser des séances en atelier ou des entretiens individuels pour peaufiner son éducation. En filigrane, le rôle du sessad au sein d’une école est aussi d’empêcher toute situation de discrimination de l’enfant autiste, ce, dès son entrée à l’établissement scolaire.
Rôle d’intégration professionnel du sessad
Après  l’éducation scolaire, c’est l’intégration de l’autiste dans le monde de l’emploi que le sessad compte parmi ses grandes responsabilités. Après diverses étapes de préparation, des stages ou des formations notamment, cet organisme se charge ainsi d’aider le concerné à trouver une place dans le monde professionnel, principalement en l’aidant à trouver du travail.  

En somme, à travers ses diverses missions d’éducation et de socialisation, le sensa vise l’autonomie pour l’autiste. 

 

Continue reading
hébergement collectif personnes âgées
Associatif

Quels sont les différents types d’établissements pour personnes âgées

Avec l’âge, on perd en autonomie et l’on devient de plus en plus dépendant. Aussi, le fait de réaliser des tâches quotidiennes comme se laver ou se nourrir s’avère complexe. Pour éviter les accidents, il existe des établissements spécialisés pour les personnes âgées. Il y a différents types. 
Les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) 
Les Ehpad sont des hébergements qui possèdent l’infrastructure nécessaire pour accueillir les personnes en perte d’autonomie. Ils disposent d’une équipe soignante disponible en tout temps. Le personnel est chargé d’assurer les soins et les suivis de chaque résident en fonction de la situation personnelle. Sur la France, on compte environ 6 850 Ehpad pour plus de 500 000 places. Pour une admission, mieux vaut contacter directement le service de ces établissements pour connaître les conditions. 
L’hébergement collectif personnes âgées
Il s’agit de foyer dans lequel on retrouve des résidents d’un certain âge. Certains services sont proposés de manière mutuelle comme la cantine ou encore l’infirmerie. Une équipe reste disponible pour accompagner les aînés en cas de problèmes. Dans la majorité des cas, ce genre d’hébergement collectif personnes âgées sont dirigées par la collectivité locale, par une association à but non lucratif ou par des caisses de retraite.
L’hébergement temporaire pour personne âgée 
L’hébergement temporaire constitue une solution provisoire pour de nombreuses situations : fatigue des aidants, période de convalescence, absence de proche, travaux d’aménagements dans l’appartement de la personne âgée. Ce type d’accueil permet de rompre rapidement l’isolement et de rehausser la qualité de la vie d’un aîné. Comme son nom l’indique, le séjour dans ce genre d’établissement reste limité. Selon les différentes sources disponibles, la durée ne peut pas excéder plus de 12 mois. En général, l’hébergement collectif personnes âgées demeure rattachée à un EHPAD.
Les services hospitaliers pour les personnes âgées 
Sachez que de nombreux hôpitaux et cliniques possèdent des services pouvant prendre en charge pendant une durée limitée les séniors. Par exemple, pour une maladie commune et aigüe, l’intéressé peut être admis durant quelques jours dans une chambre prévue pour les plus de 60 ans. Pour un long séjour (USLD), il faut présenter des manifestations de pertes d’autonomie grave comme une impossibilité de se laver, de se nourrir seul ou de s’habiller. Selon les dernières statistiques communiquées par le Ministère de la Santé, la capacité d’accueil en USLD en France est de 32 000 lits. La durée moyenne y est approximativement d’une année et demie.    

 

Continue reading